Arthrite

Arthrite ou Arthrose

L’arthrite et l’arthrose peuvent grandement être soulagées avec l’Auriculothérapie.
L’arthrite (du grec arthron : articulation) est une inflammation aiguë ou chronique des articulations dont l’origine est rhumatismale ou infectieuse. Elle ne désigne pas la pathologie répertoriée sous le nom d’arthrose mais un signe clinique d’une des nombreuses maladies articulaires.

C’est une maladie généralement bénigne, mais qui peut être très invalidante.
On parle de mono arthrite inflammatoire, lorsqu’une seule articulation est touchée par le phénomène. Parmi les mono arthrites on peut retenir :

l’arthrite microcristalline

  • l’arthrite goutteuse ou goutte (cristaux d’urate de sodium)
  • la chondrocalcinose (cristaux de pyrophosphate de calcium)
  • l’arthrite post-traumatique
  • l’arthrite infectieuse (bactérienne, virale ou mycosique), on parle alors d’arthrite septique

On parle aussi :

  • D’oligoarthrite : désigne une atteinte de 2 à 3 articulations
  • D’arthrite de Lyme (conséquence d’une borréliose)
  • D’arthrite réactionnelle (exemple : en réaction à une infection par la bactérie Yersinia (Yersiniose))
  • De polyarthrite, par usage impropre, qui désigne le plus souvent la polyarthrite rhumatoïde (PR), pour décrire des atteintes articulaires multiples.

Symptômes

  • Douleur au niveau des tendons enflammés, à l’effort (seulement en début d’effort, puis disparaissant avec l’échauffement en cas d’inflammation légère)
  • Élancements même au repos ou douleur chronique dans les cas plus graves, avec éventuellement : Inflammation (rougeur, sensation de chaleur)

Arthrose

L’arthrose est une maladie qui touche les articulations, on l’appelle aussi arthropathie chronique dégénérative. Elle est caractérisée par la douleur, mécanique et la difficulté à effectuer des mouvements articulaires.
Au niveau de l’articulation, la surface du cartilage se fissure, s’effrite et finit par disparaître. Ensuite, des excroissances osseuses se forment et nuisent aux mouvements.
L’arthrose est une dégénérescence du cartilage des articulations sans infection ni inflammation particulière. Cette dégénérescence conduit à une destruction plus ou moins rapide du cartilage qui enrobe l’extrémité des os. Anatomiquement, cette destruction s’accompagne d’une prolifération osseuse sous le cartilage.
C’est la maladie articulaire la plus fréquente. Les premiers symptômes apparaissent généralement à partir de 40-50 ans, mais la maladie commence souvent bien plus tôt dans la vie.

Mécanismes

Le cartilage articulaire n’est pas un tissu inerte : il est le siège d’une intense activité où la production dechrondrocytes (cellules du cartilage) s’oppose, au début du moins, à la destruction de ces mêmes cellules. Lorsque les phénomènes de destruction l’emportent sur la régénérescence cartilagineuse, l’épaisseur du cartilage diminue et l’articulation s’altère définitivement.

Cette intense activité de production de nouvelles cellules se manifeste, à la marge de l’articulation, par la production nouvelle d’excroissances osseuses : les ostéophytes ou ostéophytose.
Au cours de la destruction cartilagineuse, de petits morceaux de cartilage peuvent se détacher et “flotter” dans la poche articulaire : ils y déclenchent alors des poussées inflammatoires mécaniques qui se traduisent par une hypersécrétion de liquide et par un gonflement de l’articulation.

L’arthrose se caractérise par trois lésions anatomiques :

  • L’atteinte du cartilage articulaire qui se fissure et se creuse d’ulcérations appelé en médecine géodes (trous dans le cartilage) pouvant laisser l’os à nu ;
  • L’atteinte de l’os lui-même qui se décalcifie par endroits (ostéoporose) et se condense en d’autres, notamment dans la partie près de l’articulation au niveau des zones de pression se sont les zones épiphisaire : c’est l’ostéosclérose sous-chondrale ;
  • La formation sur les bords de l’articulation de petites excroissances osseuses : les ostéophytes (parfois dénommés becs de perroquet en raison de leur forme radiologique).

Ces lésions peuvent s’accompagner d’une synovite, qui correspond à l’inflammation de l’enveloppe de l’articulation.

Causes et facteurs de risque

Dans l’arthrose, la destruction du cartilage correspond à une fissuration de la surface vers la profondeur du tissu cartilagineux. Cette fissuration est liée à des phénomènes mécaniques, mais elle est également favorisée par des altérations biochimiques de la structure du cartilage.

Schématiquement, on peut considérer que l’arthrose est le résultat :

  • De contraintes physiques anormales sur un cartilage normal (on n’en est cependant pas certain)
  • De contraintes physiques normales sur un cartilage anormal ;
  • De la conjonction des deux situations précédentes.

Les principaux facteurs de risques suspectés sont :

Généraux : âge, poids, ménopause, autres rhumatismes (chondrocalcinose, hyperostose de Forestier…) ;

Génétiques : la notion d’arthrose familiale est bien démontrée pour les arthroses du genou, de la hanche et de la main. On parle alors de vices architecturaux congénitaux: par exemple, le genu varum qui touche plus fréquemment les hommes (les jambes prennent la forme de parenthèses) et le genu valgum chez les femmes (c’est la déformation inverse des jambes) ;

Locaux :

  • Traumatismes importants ou faibles à répétition (travaux pénibles, sports violents, lésion du ménisque… (notamment pour les footballeurs c’est l’arthrose du pied) ;
  • Anomalie de position de l’articulation (scoliose, malformation de la hanche, …);
  • Autres maladies osseuses ou articulaires localisées (séquelles d’arthrite, séquelles de fractures, maladie de Paget…).

A l’origine de l’arthrose interviennent de nombreux facteurs souvent encore mal connus. Cependant, le caractère génétique de l’affection semble prédominant. Il existe des familles d’arthrosiques et la maladie atteint plus fréquemment les femmes que les hommes. Par exemple, si certaines professions (travaux de force) sont plus exposées à l’arthrose que d’autres, tous les membres de cette profession ne feront pas d’arthrose (en partie en fonction de leur prédisposition génétique).

Le dépistage des anomalies articulaires congénitales, suivi d’une correction dans l’enfance, est d’une importance capitale pour éviter l’apparition d’une arthrose douloureuse à l’âge adulte.

L’obésité (ou le simple surpoids) est sans aucun doute un facteur favorisant l’apparition de l’arthrose au niveau des hanches et des genoux. Pourtant, des éléments contradictoires, non encore expliqués, existent :

Les sujets porteurs d’une arthrose des genoux font beaucoup plus souvent que les autres une arthrose des mains.
L’articulation de la cheville, pourtant elle aussi soumise à rude épreuve, n’est pratiquement jamais altérée chez les patients obèses.

Les signes de la maladie

Les signes de la maladie arthrosique varient selon l’articulation concernée. Cependant, dans tous les cas, le motif principal de consultation est la douleur associée à une gêne fonctionnelle.

La douleur est, en principe, dite de type “mécanique” car elle présente les caractéristiques suivantes :

  • Elle est déclenchée et aggravée par le mouvement ;
  • Elle cesse ou s’atténue plus ou moins complètement lorsque l’articulation est au repos ;
  • Elle est moins importante le matin, puis elle augmente dans la journée et elle est maximale le soir ;
  • Elle gêne traditionnellement l’endormissement, mais peut également entraîner des réveils nocturnes (environ 50 % des patients arthrosiques sont réveillés la nuit par leur douleur) ;
  • Elle réapparaît chaque fois que l’articulation concernée est soumise à un effort : la marche pour l’arthrose de hanche, monter un escalier pour le genou, lever le bras pour l’épaule…

La gêne fonctionnelle correspond à une limitation de la mobilité de l’articulation touchée par l’arthrose. Elle est variable selon l’activité du patient. Ainsi, un joueur de golf sera beaucoup plus gêné par une arthrose du genou qu’un sujet ne pratiquant pas de sport. De même qu’un pianiste sera très handicapé par une arthrose des doigts, même légère.
Les articulations arthrosiques ne sont, en principe, ni rouges, ni chaudes. Elles peuvent être gonflées lorsque s’installe un épanchement liquidien (épanchement de synovie), ce qui est particulièrement fréquent au niveau des genoux. A la longue, les excroissances osseuses ostéophytes provoquent des déformations des articulations, surtout visibles au niveau des mains et des genoux.

L’état général du patient est toujours bon. Il n’y a ni fièvre ni amaigrissement. Les lésions arthrosiques sont irréversibles et aboutissent, outre les déformations, à un raidissement articulaire pouvant évoluer vers une impotence partielle.

N.B. Tous les traitements dispensés à la clinique Bio-Synergie le sont dans une philosophie de complémentarité à la médecine traditionnelle et en aucun temps ne prétendent se substituer à un diagnostic ou un traitement médical.
N.B. Il est à noter que nous ne pratiquons pas l’acupuncture, donc en AUCUN CAS nous n’employons d’aiguilles.
N.B. Il est à noter que nous ne faisons aucune manipulation articulaire, donc aucun craquement ou manipulation brusque.
Source : www.wikipedia.org